Paille de seigle : Différence entre versions

De Maisons Paysannes de France
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
La variété utilisée pour réaliser des couvertures est d’une longueur de 1,60m à 1,80m. 
 
La variété utilisée pour réaliser des couvertures est d’une longueur de 1,60m à 1,80m. 
  
== '''Utilisations''' ==
+
=='''Utilisations'''==
 
En plus de son utilisation dans la construction, la paille de seigle est également utilisée pour la fabrication de paillassons qui servent d’isolants thermiques couvrants les serres des maraîchers et horticulteurs.
 
En plus de son utilisation dans la construction, la paille de seigle est également utilisée pour la fabrication de paillassons qui servent d’isolants thermiques couvrants les serres des maraîchers et horticulteurs.
  
 
Elle sert également à la fabrication de paillons, tapis sur lesquels sont égouttés et posés les fromages pour l’affinage. 
 
Elle sert également à la fabrication de paillons, tapis sur lesquels sont égouttés et posés les fromages pour l’affinage. 
  
== '''Culture, récolte et stockage''' ==
+
=='''Culture, récolte et stockage'''==
 
Le seigle traditionnel est cultivé sur des terrains acides et on le retrouve notamment en Corrèze. Sa culture et sa récolte s'organise en plusieurs étapes :
 
Le seigle traditionnel est cultivé sur des terrains acides et on le retrouve notamment en Corrèze. Sa culture et sa récolte s'organise en plusieurs étapes :
  
==== Semailles ====
+
====Semailles====
 
En Corrèze, le seigle est semé fin septembre ou début octobre dans un sol légèrement fumé et contenant peu d'azote. S'il sort rapidement de terre (généralement fin octobre) et qu'il s'y enracine profondément, le seigle sera plus résistant au gel de l'hiver.
 
En Corrèze, le seigle est semé fin septembre ou début octobre dans un sol légèrement fumé et contenant peu d'azote. S'il sort rapidement de terre (généralement fin octobre) et qu'il s'y enracine profondément, le seigle sera plus résistant au gel de l'hiver.
  
 
La plante est ensuite laissée jusqu'en mai où le seul traitement qui effectué sera d'éliminer les liserons qui s'enroulent autour de la tige en croissance et qui pourraient rendre le peignage de la paille difficile après récolte.
 
La plante est ensuite laissée jusqu'en mai où le seul traitement qui effectué sera d'éliminer les liserons qui s'enroulent autour de la tige en croissance et qui pourraient rendre le peignage de la paille difficile après récolte.
  
==== Moisson ====
+
====Moisson====
 
La moisson est réalisée entre le 10 et le 14 juillet.
 
La moisson est réalisée entre le 10 et le 14 juillet.
  
Ligne 27 : Ligne 27 :
 
==== Battages ==== 
 
==== Battages ==== 
  
==== Peignage et stockage ====
+
====Peignage et stockage====
  
====Bibliographie====
+
== Bibliographie ==
  
 
*PONTVIANNE C. (1992), ''Dans le bocage normand: toitures en paille de seigle'', Revue Maisons Paysannes de France, n°106, 4T, pp.19-20.
 
*PONTVIANNE C. (1992), ''Dans le bocage normand: toitures en paille de seigle'', Revue Maisons Paysannes de France, n°106, 4T, pp.19-20.
 
*KLAVUN A., THOME J.  (1994), ''Regards sur le Nord-Cantal, La paille de seigle'', Revue Maisons Paysannes de France, n°112, 2T, pp.12-13.
 
*KLAVUN A., THOME J.  (1994), ''Regards sur le Nord-Cantal, La paille de seigle'', Revue Maisons Paysannes de France, n°112, 2T, pp.12-13.

Version du 25 mars 2019 à 13:00

 La paille de seigle traditionnel est un matériau robuste, léger et quasiment imputrescible, ne nécessitant pas de traitement particulier. Bien que son aspect soit changeant avec le temps et que la paille puisse devenir noire, ce n’est en aucun cas un signe de pourriture.

Contenant de la silice lui apportant une résistance, sa tige fine et souple ne se brise pas lorsqu’on la plie. La structure creuse de la paille de seigle est divisée par 4 à 5 nœuds permettant de garder l’air emprisonné, lui conférant ainsi un fort pouvoir isolant.

Bien plus légère que le roseau, elle se fait aujourd’hui supplanter par ce dernier dont la production s’exporte en quantité hors de Camargue. De nombreuses filières paille ont pourtant vu le jour dans le but de réintroduire ce matériau dans la construction et notamment pour la réalisation de toit de chaume.

La variété utilisée pour réaliser des couvertures est d’une longueur de 1,60m à 1,80m. 

Utilisations

En plus de son utilisation dans la construction, la paille de seigle est également utilisée pour la fabrication de paillassons qui servent d’isolants thermiques couvrants les serres des maraîchers et horticulteurs.

Elle sert également à la fabrication de paillons, tapis sur lesquels sont égouttés et posés les fromages pour l’affinage. 

Culture, récolte et stockage

Le seigle traditionnel est cultivé sur des terrains acides et on le retrouve notamment en Corrèze. Sa culture et sa récolte s'organise en plusieurs étapes :

Semailles

En Corrèze, le seigle est semé fin septembre ou début octobre dans un sol légèrement fumé et contenant peu d'azote. S'il sort rapidement de terre (généralement fin octobre) et qu'il s'y enracine profondément, le seigle sera plus résistant au gel de l'hiver.

La plante est ensuite laissée jusqu'en mai où le seul traitement qui effectué sera d'éliminer les liserons qui s'enroulent autour de la tige en croissance et qui pourraient rendre le peignage de la paille difficile après récolte.

Moisson

La moisson est réalisée entre le 10 et le 14 juillet.

Autrefois, la récolte était réalisée à la faucille ou avec une javeleuse, machine tirée par des chevaux ou vaches qui permettait de créer des fagots de paille à sécher. La récolte se fait aujourd’hui à la moissonneuse-lieuse

==== Battages ==== 

Peignage et stockage

Bibliographie

  • PONTVIANNE C. (1992), Dans le bocage normand: toitures en paille de seigle, Revue Maisons Paysannes de France, n°106, 4T, pp.19-20.
  • KLAVUN A., THOME J. (1994), Regards sur le Nord-Cantal, La paille de seigle, Revue Maisons Paysannes de France, n°112, 2T, pp.12-13.