Plessage des haies

De Maisons Paysannes de France
Révision datée du 12 février 2020 à 14:39 par Pauline G (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Accepter la révision (diff) | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Haie plessée

Photo Maisons Paysannes de France, Délégation de la Sarthe et du Loir-et-Cher ©
Le plessage est une technique consistant à entailler avec une serpe (ou croissant) ou une tronçonneuse la base des arbres et des arbustres puis à les "ployer" et les entrelacer autour de piquets et guettes constituant le squelette de la haie.

Les guettes, appelées aussi quettes en Eure-et-Loir, sont des scions fendus en biseau à un mètre de terre qui sont pliés et servent à maintenir les petites branches. Ces dernières, que l'on entaille au pied pour les coucher sont appelées plessard, plessas ou plesse dans le Perche.

Le plessard s'entrelace de part et d'autre de piquets plantés à intervalles réguliers et de guettes, formant ainsi une haie. Entailler le bois tout en conservant son approvisionnement en sève sur la branche permet à la haie plessée de poursuivre ensuite sa croissance naturelle. Les arbustes fendus cicatrisent et se dédoublent à travers le temps.

Toutes les essences peuvent a priori se prêter au plessage mais les espèces plus souples sont particulièrement adaptées pour réaliser des haies : le noisetier, le charme, l'aubépine, le prunellier ou encore le chêne. Ces végétaux doivent avoir entre sept et douze ans.

Pour réaliser une haie plessée avec des branches vivantes, il est nécessaire d'avoir un alignement d'arbres et d'arbustes. Autrement, il est possible de réaliser une haie plessée avec des arbres morts mais elle sera surtout utilisée pour son aspect décoratif.

En France, cette technique du plessage se retrouve en plus de la Sarthe jusqu'à la Normandie et en Bourgogne.[1]

Etapes du plessage

Principe du plessage de haie : entaille de la guette avec la serpe, placement régulier de piquets et ployage des arbustes

Dessin Dominique Mansion © repris par Maisons Paysannes de France, délégation de la Sarthe.
  • On dérince l'emplacement de la future haie à la serpe ou tronçonneuse.  Cette étape consiste à bien nettoyer les abords en éliminant le bois mort, les ronces et tout ce qui est gênant afin de rendre le pied de la haie accessible et propre. Le bois récupéré peut servir au chauffage.
  • S'il y a des troncs, le plesseur sélectionne les plus verticaux et vigoureux destinés à faire des guettes de la grosseur d’un poignet et les brins destinés à être plessés. Des piquets de 1m ou 1,60m sont aussi réalisés avec des jeunes branches coupées en biseau plantées verticalement. Il faut en moyenne trois piquets pour un mètre afin de constituer la trame du laçage.
  • Entre ces guettes sont préparés des brins moyens, le plessard, entaillés à la base à l'aide de la serpe. Ces brins sont entrelacés de part et d'autre des guettes et sont couchés à environ 30° ou 45°. Ils peuvent être maintenus grâce à un nœud en osier.
    Réalisation d'un nœud en osier pour maintenir les branches

    Photo extraite de la vidéo Atelier Plessage, Gasnier G. & Guitton A.-M, MPF Sarthe ©
  • La haie est "réparée" en y entrelaçant des tiges souples ou épines pour densifier et assurer une homogénéité à l'ensemble.
    Entaille du bois

    Photo extraite de la vidéo Atelier Plessage, Gasnier G. & Guitton A.-M, MPF Sarthe ©
  • Pour bien achever le plessage, on pare la haie d’une tresse finale faite de deux brins souples (gaulettes de coudrier par exemple) afin de bloquer les  plesses qui pourraient remonter par élasticité.
  • On égalise ensuite à la serpe ou à la tronçonneuse le haut des guettes et des piquets à environ 12 cm au dessus de la parure afin de parfaire le travail. Une haie bien plessée doit être réalisée comme un panier.

Avantages

A l'origine créée par l'homme pour délimiter son espace et protéger ses cultures du bétail et des bêtes sauvages, la haie plessée permet de renforcer les limites d'un terrain grâce à sa robustesse et sa densité. Ces haies clôtures, en plus de protéger, permettait aussi autrefois au paysan de récolter du bois de chauffage.

Le plessage de haie présente des avantages écologiques non négligeables : l'énergie grise est minime (hormis l'utilisation éventuelle de la tronçonneuse) et son bilan carbone est presque nul. La haie, si elle devient trop encombrante, peut être abattue et le bois récupéré. Une nouvelle haie plessée peut prendre place sur l'ancien plessage.

Enfin, ces haies offrent des niches écologiques pour les petits mammifères, passeraux, batraciens, et flore diversifiée.

Bibliographie

  • MANSION J.-M., Le plessage des haies, une pratique à sauvegarder et à développer, Restauration du bâti ancien dans le Haut-Maine, Perche et Vendômois, Maisons Paysannes de France, MPF Loir-et-Cher et MPF Sarthe, le 7 novembre 2015.
  • MAISONS PAYSANNES DE FRANCE, Délégation de la Sarthe et du Loir-et-Cher, Fiche : Le plessage des haies dans le Haut-Maine, Perche et Vendômois.
  • GASNIER G. & GUITTON A.-M., Atelier Plessage (vidéo en ligne), réalisée pour Maisons Paysannes de France, Délégation de la Sarthe, 27 février 2016. Disponible à l'adresse: https://www.maisonspaysannesdelasarthe.fr/video
  • PONTVIANNE C., Les nouvelles destinées de la haie paysanne, Revue Maisons Paysannes de France, n°164, 2T, 2007, pp.13-16.
  • VIEL F., Dans le Perche : Le plessage des haies, Revue Maisons Paysannes de France, n°117, 3T, 1995, pp.27-29.

Références

  1. GASNIER G. & GUITTON A.-M., Atelier Plessage (vidéo en ligne), réalisée pour Maisons Paysannes de France, Délégation de la Sarthe, 27 février 2016. Disponible à l'adresse: https://www.maisonspaysannesdelasarthe.fr/video